top of page

Portrait #24 - Alice Ball, chimiste américaine

Alice Ball, 1892-1917


C’est une histoire courte mais impactante : celle d’Alice Ball.


Elle née en 1892 à Seattle. Son grand-père est le célèbre photographe James Presley Ball et l’un des premiers Afro-américains à maîtriser le daguerréotype (procédé photographique).


Ce n’est pas dans la photographie, mais dans les matières scientifiques qu'Alice s’illustre à la Seattle High School.


En 1910, elle obtient son diplôme et se dirige vers l’université de Washington pour y étudier la chimie. Elle y est diplômée en chimie pharmaceutique, puis en pharmacie.




Ces études l'inscrivent déjà dans l’histoire des femmes :


C'est la première femme et première afro-américaine à copublier pas moins de dix pages dans la revue scientifique très connue, le Journal of the American Chemical Society.

Après de brillantes études, elle se lance dans de nouvelles études de chimie à l'université d'Hawaï, et c’est alors qu’elle fait une découverte novatrice. À peine âgée de 23 ans, Alice met au point une technique permettant d’isoler l’ester éthyle des acides gras de l’huile de chaulmoogra (huile utilisée pour le traitement contre la lèpre) et de la rendre soluble dans l’eau.


Ce procédé permet de rendre le traitement contre la lèpre injectable, évitant tout problème d’ingestion ou de cloques sous la peau.

Alice Ball tombe gravement malade et meurt en décembre 1916, à l'âge de 24 ans. Son certificat de décès indique qu’elle était morte de la tuberculose, mais celui-ci a été modifié : elle est en réalité morte d’un empoisonnement au chlore contracté lors d’une séance d’enseignement.


Après le décès de la jeune femme, Arthur L. Dean décide de poursuivre ses travaux en essayant de s’approprier son travail : il appelle le procédé découvert “la méthode Dean”.


Mais la vérité fut rétablie, et on appela cette méthode le “procédé Ball”. En 1918, un médecin hawaïen rapporta que 78 patients ont pu sortis de l'hôpital grâce à ce traitement, et ce fut le plus efficace jusque dans les années 40.


Pour aller plus loin





9 vues0 commentaire
bottom of page